Pascal Rambert

16 ans

Vendredi 30 mars
19h
Studio Cunningham / Agora

Samedi 31 mars
18h
Studio Cunningham / Agora

16 ans, c’est du théâtre pour des adolescents fait par des adolescents avec des préoccupations d’adolescents : peur, timidité, désir, attente, incompréhension, revanche, méchanceté, désespoir, panique, inquiétude, tranquillité, désamour, amour, ennui.

Des préoccupations de début d’êtres humains pour la première fois mises en jeu face au groupe. A soi. Face au bien aimé ou à la bien aimée. Des premières verbalisations drôles et difficiles. Des gestes pas plus simples. Des groupes d’adolescents, ça ressemble à des bancs de poissons. Ça reste serré. Ça forme un grand corps mou et maladroit. Ça sent mauvais. Ça reste ensemble. Ce n’est pas laid. C’est de la vitalité inquiète. C’est beau. Ici ça se retrouve le soir autour d’un scooter. Ça parle. Ça s’attrape. Ça se serre. Ça se repousse. Ça hurle.
Ça rigole. Ça danse bizarrement. Ça pleurniche. Ça a des rêves. Ça se retrouve pour s’embrasser avec la langue. Ça se retrouve pour répéter pour leur classe de français une pièce de théâtre pour le bac. C’est d’accord sur rien. Sur comment parler. Se tenir. Jouer. Interpréter. Ça arrive quand même à quelque chose. Ça a des idées et ces idées ne sont pas stupides du tout. Ça met en place un monde : le leur. Un début de nouveau monde fait par un nouveau début d’êtres humains à leur début.
Pascal Rambert

Pascal Rambert

Éloigné de tout procédé narratif, Pascal Rambert cherche à comprendre le réel. Il tente de lui donner voix et corps, en renouvelant les moyens et les formes de la communauté humaine. Renonçant aux modes habituels de l’écriture, aux stéréotypes de la fable ou de la mise en scène, il conçoit des spectacles singuliers, entre performances et installations, attentifs aux « transformations de réalité ».
Profondément imprégné par l’art et la philosophie contemporains, ses œuvres sont autant de tentatives d’émerger hors d’une histoire où tout semble déjà joué avant qu’on y paraisse. Objecteur du sens, il veut faire naître une communauté vraie à tous les niveaux d’un spectacle.
Pascal Rambert a d’abord été marqué par Pina Bausch et Claude Régy. Après un passage à l’école de Chaillot avec Antoine Vitez, il alterne l’écriture et la mise en scène, et devient metteur en scène de ses propres pièces. Il travaille aux États-Unis et au Japon, convaincu que le théâtre hexagonal doit s’enrichir d’expériences étrangères. Il a enseigné dans plusieurs universités américaines et à l’Institut dramatique de Damas. Il a en outre réalisé plusieurs courts-métrages. Ses spectacles tournent en France, aux Etats-Unis et au Japon. Il est directeur du Théâtre de Gennevilliers depuis janvier 2007.

Conception Pascal Rambert
Assistant à la mise en scène Lars Thomas
Avec Mickaël Delabrousse, Yassin Halfi, Adja Kaba, Celia Marianni, Elliott Turbet, Emmanuelle Vargenau
Production Théâtre de Genneviliers / Centre dramatique national de création contemporaine
Avec le soutien de la Caisse des Dépôts, la Fondation d’entreprise La Poste, la Fondation du Crédit Mutuel pour la Lecture
Dans le cadre de la saison 2011-2012 de Montpellier Danse