Chagall sans M

Making up

Installation vidéo,
premier volet de "La Femme qui marchait dans les portes",
inspirée du roman de Roddy Doyle
"The Woman who walked into Doors"

Ce roman, littéralement « La Femme qui se cognait dans les Portes », est un portrait de femme, Paula Spencer, victime de violences conjugales. Ce livre m’a immédiatement donné envie de l’adapter au théâtre, mais face à la complexité du sujet, j’ai préféré croiser trois regards (inspirés par cette œuvre).
Le premier regard, proposé ici, porté par l'image et le son, raconte ce que s'inflige tous les jours une femme victime de violences. Cette installation tend à rendre compte du regard que cette femme porte sur elle-même, de la façon dont elle se protège de celui des autres, et de l’aveuglement dont nous faisons preuve, parfois. 
Il ne s’agit pas de juger, ni d'empiéter sur le travail des nombreux acteurs sociaux, institutionnels ou associatifs, qui œuvrent chaque jour pour rendre, à ces femmes brisées, leur dignité. En tant qu’artiste, je regarde l'être, j’interroge l’émotion.

Jusqu'où peut-on maquiller?
J'ai choisi le titre Making up, car en anglais, il peut évoquer, trois choses :
Se maquiller ;
Affabuler (making up a story) ;
Se raccommoder avec quelqu'un (making up with somebody).